samedi, mars 25, 2006

Une carte pour Haven Creek

Grâce à l'inestimable talent de Plantaxl, Haven Creek se voit dotée d'une carte (superbe en plus!).

jeudi, février 23, 2006

Comme au cinéma...


Je ne peux résister à la tentation: je vous livre un détournement en l'honneur de notre charmante ville, réalisé par notre célébrissime artiste moindialement connu dans la région: Brainny.


Merci à lui.

mercredi, décembre 28, 2005

Edition du 28 Décembre 2005

L’entrepôt 23
- L'entrepôt 23 va être démoli. T'en as entendu parler, toi? Merde. L'entrepôt 23... Quand même quoi. Il a tout vu, c't'entrepôt. Au début de la ville, c'était là où ils stockaient le matériel de construction. Pis après, pendant la prohibition, y'a eu pas mal de morts là dedans quand c'est devenu un speakeasy et que la police a fait une descente. Depuis, c'est abandonné. Les vitres sont cassées, et le vent s'y engouffre. La ville a repris ses droits tout autour alors qu'avant il était un peu à l'extérieur. Ben tu sais c'que c'est... C'est vrai qu'un entrepôt noirâtre, au milieu de la ville... Il est même pas couvert de tags, c'est bizarre.
- Ben tu sais, les clodos ont peur d'y aller... Mais tu sais, c'est un indien qui veut le faire raser. Il l'a racheté. Au vieux McKenzie, je crois. Il a dit que cela souillait la mémoire de ses ancêtres.
- Ah bon? Y veut faire quoi, du terrain, après?
- Un cimetière indien."

----------------------------------------------------------------------------------
Ivory Dawn

Hotel Complexe hôtelier situé dans une crique à 20 minutes au nord de Haven Creek. 7 étages, restaurant avec vue sur le lac, salle de jeux, mini salle de cinéma, accès direct par le lac etc… Superbe bâtiment luxueux et …. Désert. 2 semaines avant l’inauguration, le propriétaire, a tout annulé et fait en sorte que l’hôtel ne soit plus accessible même par le lac. Depuis il patrouille régulièrement autour de l’hôtel pour s’assurer que les murs d’enceintes sont intacts, les accès bien verrouillés et que nul ne peut pénétrer à l’intérieur. Note 1 : Franck Fletcher, un enfant du pays ayant acquit une petit fortune en bourse a décidé de construire un hôtel grand luxe sur les rives du lac. Quelques voix se sont élevées contre le projet qui risquait de défigurer le paysage. Mais Fletcher assura que l’hôtel serai en retrait dans une crique du lac au nord, et donc qu’on ne l’apercevrai pas de la ville. Note 2 : La présence de grottes naturelles sur le site provoqua des retards et une rallonge importante du budget afin de s’assurer de la stabilité de l’édifice. Fletcher est alors au bord de la ruine mais compte sur l’hôtel pour se refaire. Quelque mois avant la fin des travaux, Fletcher engage des équipes de travailleur clandestin pour rattraper le retard. Ces équipes dorment et vivent entièrement dans l’hôtel pour ne pas attirer l’attention. Pour plus de discrétion, ils travaille en majeur partie dans la finition des sous sols, alors que les autres équipent travaillent à l’extérieure. Aux cours des semaines qui suivent, des clandestins disparaissent totalement. Fletcher met cela sur le compte du rythme de travaille qu’il leur impose. Mais les disparitions continuent malgré les mesures qu’il prend (enfermer les travailleurs dans l’hôtel). Il décide de se cacher dans l’hôtel la nuit pour voir comment ils sortent de l’hôtel. Quelque jour plus tard les autorités de la ville reçoivent une lettre leur annonçant que le projet est annulé et interdisant à quiconque de pénétrer dans l’hôtel.
----------------------------------------------------------------------------------
La Statue
Et puis dans le bureau du maire de la ville, il y a cette statue... Un buste de Lafayette, sculpté par un dénommé Jean MENARD. Les Habitants, le maire, et tous les autres ignorent le secret de ce buste. Celle-ci contient une partie de l'âme de Lafayette, placée au centre du village, elle permettrait de toujours transmettre l'espoir à celui qui la contemple. La ou elle est, elle ne sert à rien. Jean MENARD, est un alchimiste canadien....

----------------------------------------------------------------------------------

Le Musée
Le vieux musée de Haven Creek est un superbe monument se trouvant prés de la banlieue nord. il possède de nombreux passages menant un peu partout dans la ville. L'homme qui l'a fait construire avait pensé a tout, et n'avait qu'une peur : se faire zigouiller par ces putains de sudistes. Il a d'ailleurs investi pleins de fonds dans tous les sens pour creuser tous les tunnels. Puis avec le temps qui passe il a disparu, laissant derrière lui le secret de tous ceux ci... Un jour un gamin est tombé dans un des conduits secrets. Les gens l'ont cherché pendant des jours, puis ils l’ont retrouvé. Il était un peu malade, pale et sujet aux nausées. Sur les choses qu'il avait vu dans les couloirs, un mot lui revenait en mémoire... Trioxine.

----------------------------------------------------------------------------------
Independance Park

Ce petit parc boisé, non loin du clocher, est l'endroit favori des habitants pour leurs pique-niques et autres barbecues. C'est aussi un endroit calme et romantique au couché du soleil. De nombreux couples, de tout âge, s'y promènent les longs soirs d'été. Henry Cunningham en est le gardien, ce vieil homme d'une soixantaine d'années passent sont temps à nettoyer la fontaine aux têtes d'ours (une curiosité touristique), à ramasser les feuilles mortes et à vider les poubelles. C'est un homme sympathique, que l'on peut aborder sans problème. En fait Henry Cunningham est ce que l'on pourrait appeler un druide. Il préserve son petit parc, non seulement à l'aide de moyens conventionnels mais aussi magiques...c'est pour cela que le calme y règne et qu'aucun malheur ne peut réellement vous y arrivez.
----------------------------------------------------------------------------------

CHEZ PRIX BAS LES PRIX SONT BAS !

Tel est le slogan de la superette au coin de High Street. Et c'est qu'ils rigolent pas chez Prix Bas. Certains murmurent qu'ils ont des prix aussi bas grâce au marché noir et à la contrebande vers le Canada. Il faut dire leurs livreurs, avec leurs gros camions chromés ils en jettent un max, surtout pour une superette. Peut être qu'ils transportent plus que des cheeseburgers surgelés et des boîtes de pâté pour chat dans leurs immenses remorques frigorifiques.
----------------------------------------------------------------------------------

Helm Street
Helm Street, Helm... étrange comme nom de rue, enfin rue elle n'en a le nom que sur le cadastre, c'est a peine un chemin à l'ouest de la ville. Mais depuis que le centre de la ville a été déplacée, Helm street a été abondonné en haut de cette colline. Du lac en passant par St John Street puis par Liberty Road on poursuit sur Hill Road qui arrivant au pied de la colline de High Hill, et se meure, se transformant en chemin de terre pendant 500 mètre. Enchevetré dans la végétation un bloc de granite conique termine le chemin, les gens du crue le nomme le Haume, à certaines époques de l'année quand le soleil est bas dans le ciel et passe derriere la colline, par un suptile jeu de lumiere de la roche se dégage l'image d'un haume conique avec une protection nasale, certain parle d'un vestige viking, Francis "Ufo" Sulyvan prétand que c'est le haut d'une fusée extraterrestre fossilisée. Le haume du haut de sa colline observe la ville qui le fuit.
----------------------------------------------------------------------------------

Le Camping du lac
On se demande comment le camping du lac fait pour prospérer : avec son unique douche à ciel ouvert et à la propreté plus que douteuse, son terrain caillouteux et à l’herbe jaunie, sans même une vue sur ledit lac, l’endroit n’est pas des plus attrayants. Et pourtant, la patronne (multi classée standardiste, femme de ménage, surveillante malgré ses binocles cul-de-bouteille, son sonotone et son Alzheimer) change régulièrement de voiture et vient de se faire construire un superbe pavillon derrière le camping. La rumeur raconte qu’elle serait l’actionnaire principale de Toys, toys, toys et serait impliquée dans l’incendie. Une sombre histoire d’escroquerie à l’assurance. Mais vous connaissez les rumeurs, hein.

----------------------------------------------------------------------------------
Good Tyres.
A Haven Creek il y a une fabrique de pneu : Good Tyres. Elle emploie actuellement 102 personnes, ce qui fait qu'elle est pas mal nécessaire à l'économie locale. Le directeur, un certain Ingalls, est un bon paroissien et un joueur de poker redoutable.

Le cinéma : MultiplexMovies
4 salles au dernières normes sonores et vidéo à la mode. Tous les blockbusters y passent, mais avec 3 mois de retard (ça coûte moins cher). 1 fois par mois, l'amicale des cinéphiles, y projette des films avant-gardistes, lors de leur fameuse "Nuit des Cinéphiles de Haven Creek". Le président, un fils d'immigrants hollandais, Mr Vantepper, est très fier de compter 72 membres actifs !

Dancin' Flames
L'une des 2 boîtes de nuit où va s'amuser la jeunesse. Au grand désespoir des familles pieuses de la ville. 2 pistes de danse et soirée à thème tous les 1er samedi du mois !

Big Sound Records
LE magasin de musique de la ville, du vieux 45 tour introuvable aux derniers cd+dvd à la mode, chez Big Sound Records ils ont tout ! La vente de t-shirts, posters et autres goodies marche aussi très bien. Un nouveau rayon instruments de musique vient d'ouvrir et fait déjà beaucoup parler de lui !
----------------------------------------------------------------------------------

La fée atomique
La centrale nucléaire de Haven Creek est la source de bien des quolibets. D’après certains ce serait la responsable de la couleur du lac (nonobstant le fait que sa teinte soit antérieure à la construction de la centrale). Pour d’autres, c’est à cause d’elle que les chats du coin ont parfois des allures bizarres. Le monstre du lac, les loups intelligents, et toutes les histoires « étranges » qui circulent dans la région sont TOUJOURS attribuées au final à la centrale. Mais la plus étrange de toutes est la suivante : de plus en plus d’habitants prétendent être visités en rêve par une fée, la fée atomique. Elle leur chante une chanson aux paroles sibyllines avant de s’évanouir dans l’espace :
Pompiers, police, infirmières et tout autre déguisement autorisé sont attendus au centre du monde. C’est que la bombe a pété.
Je suis la vielle geisha folle
Du moins c'est ce qu'on croit de moi
Mais je suis la fée atomique
Les autres ne le savent pas
La peau poudre de riz
J’arpente tout en blanc
Le paysage rouge et noir
Je fais gémir ma vois de femme
Ma voix est douce
Il y a déjà tell'ment de cris
Personne ne sait d'ou je soirs
Immaculée comme le lait
Dans ce terrain mal luné
Je n'ai qu'une goutte de sang
Qui coule finement sur mes lèvres
Il y a deja tell'ment de rouge
Les enfants doivent être contents
Eu qui n'aiment pas la salade
Ici il n'y a plus rien de vert
Je ne me plains pas de la faim
J’avais bien besoin d'un régime
Je me nourris de la pluie noire
C’est mon secret pour être blanche
Je déambule sur le sol mou asexué encore tiède
Les autres brûlent ces bouts de nous
Les familles qui partent en lambeaux
Moi j'en ai fait des rideaux
Contre les mouches
Il parait que ça sent mauvais
L’odeur ne m'atteint plus
Je vis dans un autre monde
Celui de la bombe atomique
Je suis la fée atomique
----------------------------------------------------------------------------------

Le bibliothécaire
La bibliothèque municipale a engagé récemment un nouveau bibliothécaire : un certain Cypher. Louis de son prénom. Il adore se promener sur la place de la vieille horloge, qu’il contemple parfosi des heures durant d’un air affectueux. Son physique avantageux (on dirait un sosie de Robert de Niro) et l’aura de mystère qui l’entoure (sa canne en argent, ses cheveux et ses ongles bien trop longs pour la morale de la ville) font qu’il est rapidement devenu le chouchou des ménagères de la ville. La bibliothèque connaît d’ailleurs un regain d’affluence jamais vu de mémoire de pasteur. Ces derniers temps, des rumeurs courent sur des disparitions au sein de la bibliothèque. On parle d’enlèvements, de portes qui s’ouvriraient, de livres avalant leurs lecteurs, etc. Mais ce ne sont que des rumeurs, n’est-ce pas…
----------------------------------------------------------------------------------

Ce cher Abraham
Depuis quelques jours, la statue d'Abraham Lincoln, qui trône sur la place du 4 juillet, se retrouve couverte de graffitis bizarres. Des tags étranges dans des langues inconnues. Des dessins perturbants et autres symboles dérangeants. Les employés municipaux chargés de la nettoyer s’arrachent les cheveux pour faire partir tout ça. Surtout que le petit plaisantin recommence dès qu'ils ont le dos tourné.
----------------------------------------------------------------------------------
Textes de Greuh, l’invité, paul Muad'dib, Thaumiel, ghenesys et Go@t.
Les paroles de la fée atomique proviennent de la chanson éponyme du groupe "les elles" (que je vous invite fortement à écouter).

jeudi, novembre 03, 2005

Edition du 3 Novembre 2005

Les Kingson

Marcus et Leslie Kingson sont un couple tout à fait normal. Marcus avait monté une start-up et l'a revendu avant que ça ne dégénere sur le net. Il sont venus s'installer a Haven Creek, car Marcus voulait s'éloigner de la ville et passer ses journées à pécher dans le lac. Mais Leslie ne se sent pas trop bien et commence a prendre des antis-dépresseurs. Et Marcus reçoit des E-mails pendant qu'il bosse sur son Pc, le problème, c'est que l'adresse de l'éxpéditeur est la sienne. Et les mails lui disent que ses voisins sont bizarres, mais sans précision.

----------------------------------------------------------------------------------

La vieille horloge

Tous les mardis, à 17h, la vieille horloge publique au coin de Main et de St James sonne trois coups. Elle ne sonne jamais sinon et il y a beau temps qu'elle n'a plus d'aiguilles, ce qui fait que personne savori si elle est à l'heure (il semblerait qu'elle aie deux heures de retard, mais qui sait). Sur son cadran à chiffres romains (avec le IIII traditionnel) on peut lire "Luce & Fherr, clockworks, 1809".


----------------------------------------------------------------------------------

Du problème que posent les chats errants

Dans la ville, y'a pas mal de chat de gouttière, qui trainent de ci de là, quémandant un peu de nourriture et d'affection. Mais dans certaines caves, des copualtions impies ont engendré d'abominables rejetons au nombre d'yeux égal au nombre de pattes, 8.



Qu'il est mignon!

----------------------------------------------------------------------------------

Le vieux Bradley

Le vieux Bradley ramenait tous les jours des pépites d'or chez Tomkins le bijoutier. Mais le vieux Bradley à part ses courses du matin ne sort jamais de chez lui. On se demande bien comment il a put trouver un filon. Tomkins a fait vgenir un géologue de Chicago qui lui a dit qu'il ne pouvait pas y avoir de filon aurifére à Haven Creek. L'histoire est devenu plus bizarre quand Bradley a ramené des émeraudes. Le vieil indien est venu dans la boutique de Tomkins et a dit à Bradley qu'il fallait refermer la porte. Que trop était ouverte à Haven Creek.

----------------------------------------------------------------------------------

Nigel Finley

Nigel Finley est un fils prodigue de Haven Creek. a son retour du Vietnam il a vécu à New York et y est resté jusqu'en 2002. Il a ouvert une petite librairie ésotérique. Il a aussi racheté une imprimerie. On y imprime qu'une seule chose. Des cartes de tarot un peu spéciales. Des arcnes étranges. Les clients sont aussi d'un genre particulier. Ils sont habillé en costume sombre et arrive dans des Mercédés aux plaques camouflées. En ville on raconte que Nigel Finley aurait travaillé pour la CIA.

----------------------------------------------------------------------------------

Mike Rooney

Mike Rooney fait partie de ces yuppies new-yorkais qui ont décidé un jour de fuir la grande ville pour retourner vers leurs racines et l'Amérique profonde. Celui-là est arrivé à Haven Creek il y a deux ans. Oh, il était déjà venu auparavant, voir sa vieille grand-mère Mindy. Lorsque Mindy est décédée, il était même le seul membre de la famille présent. Alors il a beau porter des costumes sur mesure et parler avec l'accent de la côte est, il n'a pas été complètement rejeté. Cela dit, il a préféré s'installer dans une petite crique du lac, de l'autre côté du village. Il faut une heure en 4x4 pour parvenir à sa petite masure. Une cabane en bois qui ne paie pas de mine, et sur laquelle trône une antenne satellite énorme, sorte de vestige de sa vie passée. Et devant la maison, un vieux dock pourri avec un bateau à moteur, un des seuls du Comté. Et à part son majordome Henry, qui fait les courses toutes les semaines chez McFarrell, personne n'a aucun contact avec le jeune Mike.

----------------------------------------------------------------------------------

Alvin Ynos

L'elderman le plus proche du maire, Alvin Ynos n'est pas du coin, contrairement aux trois autres. En fait, personne ne le connait trop. Il est arrivé dans l'équipe du maire, présenté par ce dernier. Il rentrerait au pays après un long séjour au Japon. Il est infatigable, personne ne l'a jamais vu autre part que dans son bureau. On raconte qu'il ne dort jamais. Depuis son arrivée, la facture d'électricité de la mairie a doublé..

----------------------------------------------------------------------------------

Les loups du lac

Depuis plusieurs mois, des campeurs affirmeent avoir vu une meute d'une douzaine de loups venir boire sur les rives du lac. Il ne seraient apparemment pas agressifs. Pas pour le moment rétorquent les chasseurs de la ville. Une constante dans tous ces témoignages est la présence d'un alpha pour le moins étonnant. Il s'agirait d'un gros mâle à la fourrure couleur de neige et aux yeux rouges. Il n'en fallait pas plus pour que la rumeur locale s'en empare et le baptise Ivory.

----------------------------------------------------------------------------------

Ebony

Ebony a la peau aussi noire que l'ébène. Il est de notoriété commune qu'elle est une putain doublée d'une mécréante. Pourtant de nombreux messieurs de la ville semblent la connaître intimement. Les femmes ne cessent de répéter qu'elle est une sorcière vaudoue qui attire les hommes grâces à ses chamres (dans tous les sens du terme). Le Révérend est un des plus virulents à son encontre. pourtant, de plus en plus de gens prétendent les avoir vus discuter ensemble et s'enlacer. Décidément, les racontards deviennent de pire en pire dans cette ville. Je vous ai déjà parlé de ce que dit la Rumeur concernant Miss Dalamambrey?

----------------------------------------------------------------------------------

Le Révérend Standford

Haven creek est la ville où je suis né. Je l'adore, les gens sont originaux certes mais on ne peut pas dire qu'ils ne manquent pas d'interets. Je les connais presque tous et ils ont tous quelque chose de particulier, un peu comme la ville quoi. Je me demande parfois si cette bonne vieille bourgade n'aurait pas une âme, une vraie, comme celle que je veux sauver chaque fois que je fais un sermon le dimanche. Ah, j'oubliais. Je ne me suis pas presenter du coup. Je suis le Révérend STANDFORD, je suis le guide de la petite communauté de Haven Creeck et je connais quasiment tous leurs secrets intimes. Je suis en quelques sortes leur référent, leur ami et celui qui prend sur lui tous leurs pêchés. D'ailleurs je crois que c'est à cause de ça que la ville m'a puni. j'en ai encore mal dans l'épaule, les soirs de pluie. Bah, les effets secondaires ne sont pas trop génant, je suis en vie depuis 148 ans, j'ai vu grandir et mourir des familles entieres, et je suis capable d'aider tout ce beau petit monde comme jamais. Si seulement je ne pêchais pas quatre fois par an au moment des lunes pleines...

----------------------------------------------------------------------------------

Tucker

Tucker n’en pouvait plus, voilà 4 heures qu’il interrogeait cette fille Melody….. Melody James. Mais cette fois, elle allait lacher le morceau, c’est sur elle allait lui dire toute la vérité, de toute façon, « ils » ne pourraient pas tolérer le mensonge. Melody était en larme, ce n’était plus la peur qui provoquait ses larmes, mais simplement le souvenir, le souvenir de cette nuit de pleine lune qui remonte déjà à quelque mois. Oui, ça lui revenait, comme si elle le vivait de nouveau. Ce soir là, elle était installé confortablement dans son canapé à regarder "the door of your heart" quant elle a été invitée par Pam à se rendre à une fête. Melody était plutôt contente pamela était sympa mais plutôt secrète et il était très dur voir impossible de se lier d’amitier avec elle. Qu’elle ne fut pas la surprise de Melody quand elle se rendit compte que Lidya Peterson venait se joindre à elles ! En effet que Pamela si réservé accepte une nouvelle amie soit, mais deux ! Ce n’était que le début des étrangetés. Arrivé à la soirée Melody eue l’agréable surprise de constater la présence Woody Standford, elle l’avait toujours trouvé craquant, même si sa timidité l’avais toujours éloigné de lui. Grace à Pam la conversation fut très vite engagée avec Woody et l’alcool aidant tout le petit monde se comportat vite comme un groupe de vieux amis. Justement l’alcool Melody en avait peut-être abusé, elle ne parvenait pas à cesser de glousser et les paroles de ses interlocuteurs lui semblaient de plus en plus lointaine. Puis soudain, elle apperçue cette fille, Alexia, toujours entrains de se ballader avec sa pierre bizard, personne ne l’appréciait vraiment à st john’s, mais ! … Mais elle était nue ! Alexia était venue à la fête seulement vêtue d’une pierre de forme étrange. Le shérif se tenait derrière elle ! Mais que lui fesait-il, lui non plus ne portait pas de vêtement ! Melody tournat son regard en direction de Pam comme pour obtenir son soutien. Elle aussi était en tenu d’Eve ! Le révérend William STANFORD était là entrain de la besogner ! Et cette marque sur son épaule, c’était horrible ! Lidya elle était entrain de le faire avec le révérend Smith. Non, ce n’était pas possible, Melody réalisa qu’elle non plus ne portait pas de vêtement ! Elle n’était même plus à la fête mais dans l’Ivory Lake avec Woody ! Tandis qu’ils faisaient l’amour dans l’eau crêmeuse une sorte de chant indien résonnait dans les alentours. Melody ne pretait même plus attention à la douzaine de loups se tenant sur les rives du lac. - « Mon dieu, je viens d’évoquer mes souvenirs à haute voie » dit la jeune fille - « Oui, cela fait partie de mes talents » répondit Tucker Pleurant à chaude larme Melody dit avec colère : - « c’est la faute de Lidya, c’est à cause d’elle que vous êtes venu me trouver ? Depuis cette histoire elle raconte à qui veut l’entendre que nous l’avons fait dans le lac avec Woody ! » La voix de Tucker prit une teinte étrangement douce. - « Non Mélody, non, cette affaire vous dépasse, elle dépasse Lidya, elle nous dépasse tous, si les miens étaient appelés à venir vous interroger ne leur résistez pas autant, ils sont plus méchant que moi. » Sur ces paroles Tucker remis sa veste aussi noir que le reste de ses vêtements et sortit de la maison où il laissait Mélody en sanglot. Quand elle entendit le bruit du moteur, la jeune fille se précipitat à la fenêtre pour être sur qu’il soit bien entrain de partir, elle eue le temps de voir la mystérieuse voiture disparaître dans la nuit. Dans l’automobile, Tucker ne pensait déjà presque plus à l’interrogatoire, non il se disait à quel point cette ville lui déplait...

----------------------------------------------------------------------------------

Cyber-goat

Ce personnage étrange vit reclus dans une baraque dans les bois. Il n’en sort que rarement et toujours avec un masque à gaz. Adepte du Phreaking, son habitation est reliée à tous les réseaux : électrique, Internet, téléphonique, gaz, eau, câble. Alors qu’il habite à des miles des canalisations ou relais les plus proches. Cyber dissident, prophète halluciné, illuminé cathodique ? Les habitants de Haven Creek ont su résumer son état d’esprit : un malade mental, ouais. On le connaît sous l’étrange pseudonyme de Go@T sur le réseau, où il hante les forums d’activistes politiques. On l’appelle également Paradox : écolo qui fume comme un pompier et roule en vieille chevrolet, alter mondialiste dont le rêve aurait été d’être cadre dans une multinationale, technology-addict vivant à la campagne. Et si on ajoute que de temps à autre, il crache un petit serpent lorsqu’il parle, vous comprendrez que peu de gens sensés lui adressent la parole quand il vient se fournir chez Prix Bas ou dans la librairie de Nigel Finley. Enfin, il a l’air de bien s’entendre avec le dernier mais c’est pas étonnant : sont tarés tous les deux.

----------------------------------------------------------------------------------

"Rubans, Portes & Invités"

Trois lignes en quatrieme de couv du Haven Herald relate la réunion d'une conférence, intitulé "Rubans, Portes & Invités ou l'existance ou la non existance de ce qui est ou n'est pas à Haven Creek et nul part ailleur" ... ... Plusieurs groupes divergeant sur une multitude de point de vue on décider de se reunir afin de confronter leur point de vue sur l'existance ou non de Haven Creek, de ses habitants et des portes. C'est ainsi que commença le discours du Maitre de Céremonie. A travers la salle nous observons des groupes hétéroclites, prets a en decoudre, chacun en cette premiere journée campe sur ses positions. Mais quelles sont leurs positions ? que pense t il reelement de l'existence de Haven Creek? D'ou tire t il leur sources? Y a t il reelement des portes et arrivera t il ? Mais d'ailleur ... j'y pense vous etes assi a quelle table dans cette conférence, a quelles oragnisation appartenez vous et qu'elle point de vue defenderiez vous ? combien etes vous dans votre cabale, organisation, association, bureau.... ?

----------------------------------------------------------------------------------

Textes de Greuh, Silent Bob, Fabien, Thom’, Wyatt Scurlock, ghenesys, Paul Muad'dib, Kabbal et Go@T.

vendredi, octobre 28, 2005

Edition (matinale) du 28 Octobre 2005

Une édition bien spéciale!

Cette édition un peu spéciale est destinée à vous faire (un peu) découvrir les sublimes décors de Haven Creek et ses environs. Nous vous aurions bien présenté des photos de l'Ivory Lake mais les pellicules de nos photographes se sont mystérieusement voilées sur les clichés pris aux alentours. Quoi qu'il en soit, remercions tous Ebatbuok et son (gigantesque) talent. Un véritable ange que ce garçon!

La route des pins qui serpente entre Haven Creek et Cristal Bay.
----------------------------------------------------------------------------------

Les collines qui surplombent notre belle cité.

----------------------------------------------------------------------------------


Le soleil levant habille de mystère notre charmante ville

Pour tous les photographes, qu'ils soient amateurs ou confirmés, nous organisons un concours du plus beau cliché de notre ville et de ses environs. Le gagnant se verra remettre un gâteau de Miss Van Der Brooke, un article de l'échoppe de Mr.Valdisilk (407, St John's Street) ainsi qu'un abonnement gratuit d'une semaine à la vidéothèque Maxi Video. Bonne chance à tous! Vous n'imaginez pas notre impatience à l'idée de départager vos clichés!

Vous pouvez nous faire parvenir vos contributions par e-mail (dans les profils des rédacteurs), par courrier, ou même de visu si vous avez l'occasion de croiser l'un de nos collaborateurs.

Go@t, rédacteur du Haven Herald

mercredi, octobre 26, 2005

Edition du 26 Octobre 2005

Alfred B Thorenson

Alfred B Thorenson est complètement givré. Il vit seul dans une vieille maison, presque une cabane, près de l'Ivory Lake. Il y a deux ans, un jeune garçon l'a vu hurler à la lune, devant le lac, enduit de beurre de cacahuète bon marché. Après ça, il est parti quelques années dans un institut. A son retour, personne dans la ville n'a plus voulu lui vendre de beurre de cacahuète. Les gens se méfient, les mamans interdisent à leurs enfants d'aller traîner sur les rives du lac car Alfred aurait entreprit d'élever des abeilles...
Néanmoins Alfred aurait tendance à être capable de prédire l'avenir durant ses crises. Du moins c'est ce que prétend Benny "Skoyz" Herald, le pilier du St Nathan'inn.

----------------------------------------------------------------------------------

Randall French

Randall French est mort. Non, il est pas au fond d'un trou, mais il se dit que quelque part quelque chose a cloché. Un matin, il s'est réveillé mort. Il a pris son petit déj, a embrassé sa femme et est parti au boulot, comme tous les jours. Mais bon... Personne ne semble s'en apercevoir, sur Elm St North où il vit. Il doit être paranoïaque. Enfin, bon dieu! Ca se voit, qu'il est mort, non? Beeeen... Mis à part qu'il n'a plus de pouls, rien ne se passe d'autre... Il continue à vivre comme avant, mais ce secret lui pèse.

----------------------------------------------------------------------------------

L’indien

Elle m'fout la pétoche, cette ville, moi !

Surtout depuis que l'Indien y traine...

Il habite une vieille caravane à moitié désossée sur l'bord d'la route 375, a proximité d'la veine de charbon, dans la décharge. J'l'ai vu l'aut' jour quand j'suis allé balancer mon vieux moteur de Buick.
Putain, il a faillit me faire chier dans mon froc, ce con ! J'ai balancé l'tas d'ferraille au bas de mon pick-up et puis quand j'ai sauté à bas du camion pour m'barrer, me suis retrouvé nez à nez avec lui ! Là ! Comme ça !
J'l'avais pas entendu v'nir, c'fils de pute !

L'a rien dit. Y m'a regardé fixement, avec tous ces gris-gris autour d'son cou. J'ai pas d'mandé mon reste ! J'suis monté, j'ai mis le contact et j'me suis barré ! Et quand j'ai r'gardé dans le rétroviseur, l'était plus là ! Ouais j'vous dis ! L'était déjà à sa caravane pourrie, en train d'monter sur sa Harley !
Y parait qu'y traine dans l'coin, maint'nant. Il faut s'méfier ! Le vieux Joshua, qui dort mal depuis qu'il est rev'nu d'la guerre, y dit qu'il le voit des fois passer la nuit dans la ville ! Et qui r'garde partout !
Pouah ! M'étonnerait pas qu'on r'trouve des maisons volée ou des braves gens égorgés dans leur lits bientôt, moi !
Le vent caresse mon visage. La fraîcheur des nuits s'accentue avec l'avancée de l'année. Les signes sont là.
C'est pour bientôt.
Je dois être prêt.
Je suis un Guerrier Céleste. L'esprit du Père-Soleil et de Mère-Terre m'accompagne. Je dois vaincre.

----------------------------------------------------------------------------------

Jack Mac Loan

Jack MacLoan est un enfant du pays. Il a parcouru la région de long en large avec son père et son grand père. Il connaît chaque fourré, chaque bosquet, chaque champ, chaque cours d'eau, chaque caillou...
C'est un guide renommé dans la région. C'est d'ailleurs pour ça que l'étranger a fini par louer ses services. Ce professeur, comme il voulait qu'on l'appelle, est parti un matin avec Jack vers les collines. Il trimballait tout un tas de trucs et de machins : des cartes, des boussoles toutes plus bizarres les unes que les autres !
Puis ils n'ont pas réapparu.
Pendant cinq jours.
Une battue a été organisée et on a retrouvé Jack. En réalité, c'est lui qui est revenu vers le village. A pied.
Sale. Blessé. Et fou.
Du professeur, on n'a plus jamais rien su.

----------------------------------------------------------------------------------

Le vieux Mac Kenzie

Le vieux MacKenzie a toujours vécu à Haven Creek et je crois qu'il a toujours été vieux. Tout le monde le connaît, il a toujours été là. Même les vieux se rappellent du vieux MacKenzie quand ils étaient jeunes.
D'un autre côté, il n'est pas gênant le vieux. Il ne cause pas, mais vous salue toujours avec un sourire en soulevant son vieux chapeau.
Pareil sa pipe, je ne l'ai jamais vu sans sa pipe au bec.
Pourtant depuis l'année dernière quelque chose a changé dans sa vie. Sa fille lui a ramené son mioche. Enfin tout le monde ici dit que c'est sa fille, mais je la trouve un peu jeune, moi, pour être la fille du vieux MacKenzie. Je me souviens que c'était une belle blonde dans une robe moulée sexy. Elle a pas dit un mot et a laissé son mioche.
Lui, il s'appelle Kevin, il a neuf ans et il parle tout le temps. Quand ils se promènent tous les deux, ils se tiennent toujours par la main et Kevin parle, parle sans arrêt au vieux qui sourit tout le temps. Il lui parle de ses jeux vidéos avec des yeux ronds comme des soucoupes. Il est toujours là dedans, les jeux vidéos. Quand il fait les courses chez moi, je ne l'entends parler que de ça, de SuperMachin et d'UltraTruc. Lui aussi, il est dans son monde.

----------------------------------------------------------------------------------

Lizzie et Pam

Salut, Lizzie, c'est Pam. Félicite-moi...
T'occupes, je te dis, félicite-moi...
Ecoute, tu devineras jamais...
Non, je te dis...
Bon, écoute. Tu sais que j't'avais dit qu'y fallait que j'trouve du travail, que j'pouvais pas rester avec cette c... qui me sert de mère. Bon, ben j'ai trouvé... Où ça ? Tu devineras jamais. Tu vois l'épicerie Mc Farrell, ben y m'a prise... Attends, tu sais, j'y suis allée au culot. Ce gars, il est space quand même... Attends il est ouvert 24h/24, mais il fait tout lui-même. J'me d'mande quand y dort. L'midi et l'soir y s'ouvre sa boîte de corned beef, comme ça au magasin et y bouffe que ça. Remarque, il est pas gros ni speed pour autant, j'devrais essayer...
Bon, mais j'te raconte. Alors j'vais l'voir comme ça et j'lui dis cash : Z'avez besoin d'quelqu'un et j'ai besoin d'boulot. Cash, comme ça, et lui y m'prend...
Attends, j'y croyais pas non plus...
Ecoute, j't'en r'parle ce soir, là y faut qu'j'y r'tourne...
Bye, oui...
J't'embrasse partout, partout.
Allez, bye.

----------------------------------------------------------------------------------

Le vieux Cornélius

« Salut gamin. Tu me reconnais ? Evidemment, c’est moi, Cornélius. Tous les bleds ont leur petit vieux qui passe ses journées dans un fauteuil devant sa maison à ressasser et à raconter le bon vieux temps à qui veut l’entendre. Et je crois bien qu’ici, à Haven Creek, ce vieux c’est moi. Bon, mais assez parlé de moi. Tu connais l’histoire de la vieille Edna ? Edna vivait dans James Street avec sa fille, Jess. Jess était une jeune fille moderne. Malgré les réprimandes de sa mère, elle était très intéressée par les garçons et finalement c’est le jeune James Coburn qui a réussi à l’épouser. Je sais pas comment elle fait mais la vieille Edna a réussi à les convaincre de s’installer dans sa maison. Faut dire qu’elle est grande cette maison. Et pourtant Edna et son mari y ont vécu seuls pendant très longtemps. Forcément, quand ce dernier est mort, elle s’est sentie un peu seule, surtout que sa fille était partie vivre sa vie. Ca a fait le plus grand bien à Edna quand Jess et James ont emménagé chez elle. Ils avaient une petite fille adorable. Seulement voilà, rapidement la petite est allée raconter partout que son grand-père lui parlait la nuit. Ca a un peu inquiété la famille et James a commencé à vouloir que Edna aille vivre ailleurs (il manquait pas de culot, ce type). Heureusement, Edna a réussi à convaincre Jess qu’elle devait rester dans cette maison pour les protéger. Les protéger de quoi ? Ca elle voulait pas le dire, mais on a fini par le savoir. Six mois plus tard, James envoyait la vieille à l’hospice (faudra que tu me rappelles de te parler de l’hospice un jour, gamin). Une semaine plus tard, James et sa petite famille disparaissaient sans laisser de trace. Depuis, certains prétendent que, la nuit venue, ils entendent des rires de petite fille provenant de la maison. En tout cas, personne a plus voulu y habiter. Allez, gamin, ça te dit un soda ? T’as pas l’air en forme, là. Va nous en chercher deux dans mon frigo, tu veux. ? A force de parler j’ai la gorge sèche. Je suis plus très jeune, tu sais. […] T’es allé dans la boutique de Hank Fullman, récemment ? Ouais, l’antiquaire. Il y a une dizaine d’années un jeune couple est venu s’installer ici. Les Dubois je crois. Oui, des français. Ils avaient un petit garçon adorable avec eux : Thomas. Peu après avoir emménagé ils sont allé dans le magasin à Hank et la femme est tombée littéralement amoureuse d’une grande armoire. Le genre de vieux meuble qui a bien une centaine d’années. Mais en bon état, hein. C’est qu’il s’y connaît, Hank. Donc, voilà monsieur et madame Dubois qui achètent l’armoire et la ramène chez eux. Ils l’installent dans leur chambre et tout se passe bien. Seulement voilà, quelques semaines plus tard, le petit Thomas était en train de jouer à cache-cache avec son près et il s’est passé un truc vraiment pas normal. Le père cherchait son gosse partout dans la maison depuis un moment. Il commence à s’inquiéter et là il se dit que, si ça se trouve, le gosse s’est planqué dans leur armoire. Il monte au premier, va dans la chambre et ouvre l’armoire. Et là il découvre une poupée en porcelaine au milieu des vêtements. Une poupée qui ressemblait trait pour trait au petit Thomas. Quand Mme Dubois, est revenue chez elle, elle a trouvé son mari dans leur chambre, les cheveux complètement blanc. Il tenait la poupée dans ses bras et marmonnait des trucs qui voulaient rien dire. On a jamais retrouvé Thomas et le mari a été interné. Ils ont bien été obligés de lui laisser la poupée. T’es sûr que ça va, gamin ? Je te trouve bien pâle. Allez, il se fait tard, rentre chez toi. Tu reviens quand tu veux, hein ? »

----------------------------------------------------------------------------------

Tommy et Marc

PUTAIN Le vieux, c’est la dernière foix que j'te l'dit, arrêtes de foutre la trouille aux gamins du quartier.
Et arrêtes de parler de l’hospice, tout le monde sait que toutes ces histoires c’est des conneries. C'est bien compris !!
Furieux, marc embarque le petit tommy dans le PickUp, fait le tour du véhicule pour s’installer au volant en lançant un dernier regard haineux au vieux et démarre violemment. Le petit tommy regarde par la vitre arrière le vieux disparaître dans un nuage de poussière.

----------------------------------------------------------------------------------

Les notes de l’adjoint

Notes prises par Ralph RANDOM, adjoint au shérif, dans un petit cahier. L'écriture, soignée, ressemble à celle d'un enfant.
"Pamela HOLDON (HOLD ON, ALL DONE, OLD ONE ?). Née en 82. Mère alcoolique. Travaille actuellement à l'épicerie chez McFarrell."
"Elizabeth MARSHALL. Lizzie ? Née en 82. Morte en 97 renversée par un chauffard. L'autopsie a révélé qu'elle était enceinte de trois mois. Le shérif nous a demandé à NJ et à moi de ne rien dire pour ne pas ajouter à la douleur des parents. Le chauffard a été retrouvé mort dans son motel trois jours après. Une balle dans la tête. Le revolver n'a pas été retrouvé. Le shérif a conclu a un suicide.
"Pamela n'était pas à l'enterrement d'Elizabeth, c'était pourtant sa meilleure amie. Debbie STEWARD me l'a dit, mais il ne faut pas croire Debbie. "Depuis Rose n'a rien touché à la chambre d'Elizabeth. Bob l'a quitté depuis, il n'en pouvait plus. Rose vit seul depuis."
Allo, Lizzie. C'est Pam !
Franch'ment, j't'jure, c'est trop space de travailler pour McFarrell. Y a toute la ville qui défile, tu vois même pas le temps passer...
Attends, j'te raconte, tu sais moi j'suis directe...
Ouais, non mais, l'aut' jour, y a personne, j'suis seule avec McFarrell, et j'ui demande comme ça, cash : "C'est quoi qui vous fait t'nir au magasin ?" Alors, lui, tu vois, y s'démonte pas, il ouvre la caisse...
Attends tu verrais, c'est un de ces vieux tiroirs caisses qui fait chting ! Moi, ce bruit, ça me fait tout drôle, tu vois. À chaque fois, j'ai envie de dire "Jackpot !" tu parles d'un délire...
Bon, où j'en étais... Oui, alors il ouvre le tiroir caisse et m'sors un billet d'un dollar. Y m'le file, tu vois, en m'disant : "Il n'y a qu'une seule vérité, Pamela !" Moi, j'me démonte pas, j'prends l'billet et j'vais pour le mett' dans ma poche comme une c... quand y m'dit : "Lis !" Bon alors moi j'lis "The United States..." "Plus bas" y m'fait. Et là tu vois ça m'apparaît : "In God We Trust", j'te dis pas l'choc...

----------------------------------------------------------------------------------

Docteur Jones

"Jack ! Jaaack ! Vous avez encore oublié de me faire les marches ! Le sang, je vous l'ai dit, ça ne fait pas très sérieux devant les cilents !"
"Oui, Dr. Jones."
"Jack. Appelez, moi, Norman, comme tout le monde ou Doc."
"Entendu, Dr. Jones"
Hellister n'a jamais aimé le légiste et sa façon de lui parler comme à un gosse. Foutu gars d'la ville !
Hellister se souvient quand il est arrivé en 95. Marrant comme on se rappelle de détails. Le shérif venait de l'avoir au téléphone et lui avait passé le révérend avec qui il causait. "Ne vous inquiétez pas !" avait dit le révérend, "les gens d'ici sauront vous faire une petite place." Il aurait pas pu mieux dire, not'révérend. Le jour de l'arrivée du légiste la vieille Nora Johnson nous avait fait un infarctus. Une gentille vieille, mais un peu timbrée. Le légiste est encore un petit jeune, mais il vous parle toujours comme s'il avait vingt ans de plus que vous. Et puis sa façon de faire des blagues idotes à tout bout de champ, puis de partir d'un grand éclat de rire, c'est pénible !
Depuis qu'il est arrivé, le petit Random, l'adjoint au shérif traîne sans arrêt à la morgue sous un prétexte ou un autre. Saleté de type, lui aussi ! Un roux, bègue en plus ! Tout d'un suppôt de satan ! Mais on la fait pas à Hellister, il sait ce qu'ils font les deux là, le docteur et lui ! Plus d'une fois il auraient pu les surprendre à se... Bah ! ça le dégoûte rien que d'y penser ! Aucun respect pour les morts ! Salopiots, va !
Encore s'il n'y avait que ça, Hellister pourrait encore fermer les yeux, avec tout ce qu'on voit à la télé, mais c'est en plus le docteur parle tout seul. Il parle aux morts, on dirait, ou un truc dans le genre. Et ça, Hellister, ça lui fait vraiment froid dans le dos. Saleté de légiste, va ! Je vais lui faire ces satanés marches ! C'est pas de ma faute, si elle sont toujours sales comme ça!

----------------------------------------------------------------------------------

Textes de Wyatt Scurlock, Greuh, Ratafia, Radecave, Bob Darko et L'invité

mardi, septembre 13, 2005

Edition du 13 septembre 2005

Marpple Manor
Non loin de Haven creek, à quelques pieds du bord du lac, caché par les chênes centenaire prend place le manoir de la famille Marpple. A l'instar de la majorité des habitants de la ville d'Haven creek, cette famille est d'origine anglaise, installée là bien avant l'arrivée des autres.
C'est dans ce manoir que l'aigrie miss Diana Marpple vit, vieille dame d'une soixantaine d'année, elle ne sort presque jamais de chez elle. Heureusement pour elle, d'autres Marpple vivent dans le manoir.
Geoffrey Marpple, fils ainé de Diane. Ce pauvre vieux garçon de 40 ans n'a jamais quitté le coccon familial pour trouver femme à son pied. Remarquez il est difficile de trouver femme lorsqu'une tarre congénitale qui déforme la moitié de son visage (y aurait il de l'inceste dans l'air?). Cela lui vaut d'ailleurs le surnom du "monstre du lac". beaucoup de gosses de Haven creek tentent l'aventure en allant fouiller au manoir, dans l'espoir d'appercevoir le monstre! Geoffrey est pourtant d'une gentillesse incroyable.
Christina Marpple, fille de Diana, d'un second mari aujourd'hui décédé dans un mystérieux accident de voiture (tombée dans le lac...). Christina est une jeune femme de 25 ans, très belle, elle fait ses études à Cristal bey, une grosse ville à une centaine de milles d'haven Creek. Christina reviens presque tous les week end au manoir familial. Et ce n'est pas un hasard si elle reviens dans ce coin paumé, c'est parce qu'elle à son petit ami Stan, le fils du maire, ainsi que de nombreux amants et ex (Christina à le feux aux fesses).

En ville beaucoup de rumeurs courrent au sujet des Marpple, et on peut en entendre de toutes sortent. Diana aurait tué ses deux époux, elle coucherait avec son fils. Christina se tapperai tous les mecs du coin (c'est pas faux) et Geoffrey serait un loup garou vampire assoiffé de sang et mageur de petit garçon.

Le Manoir de la famille Marpple est grand, et est loin d'être entièrement occupé, ainsi il tombe un peu en ruine. A plus forte raison avec la colonie incroyable de rats qui y vit. Les Marpple ont donc un nombre important de chats pour pallier à cela, mais ils prolifèrent beaucoup trop et certain sont farouches, voir sauvages. La grange est totalement en ruine, elle n'a pas été rebatie depuis l'incendi qui a couté la vie à James marpple et aux dix chevaux de la famille.

(à suivre)


------------------------------------------------------------------------------------------------
3 000
Haven Creek a toujours compté 3000 habitants ; jamais 2999, jamais 3001, jamais plus et jamais moins.
Quelque soit les naissances, les décès, les emménagements ou les déménagements, le pasteur Williams reste le gardien de 3000 ouailles.
D’ailleurs, de mémoire d’anciens, c’est toujours le pasteur Williams qui a donné la messe ; le seigneur ne semble pas pressé de le rappeler à ses côtés.
Un homme toujours jovial, si prévenant, toujours à demander des nouvelles de tout à chacun ; de la grossesse de Mme Winfields, du cancer de Monsieur Ratcliff, de l’installation de la famille Bates…
On a entendu les plus vieux habitants le surnommer « le régulateur » avec une pointe de crainte.



------------------------------------------------------------------------------------------------
Suzy

Suzy Hartigan travaille à la petite station service de Yellow Road, à la sortie de la ville. Blottie au milieu des pins, la station est le plus souvent désertée, ne permettant qu'à quelques trucks de faire le plein et à des habitués de venir remplir des jéricanes pour les tondeuses à gazon. Il arrive parfois à Suzy de travailler de nuit, lorsque les convois de la station de pompage font les trois huit. Alors, elle se retrouve seule dans sa petite cabine, au milieu des pins, à regarder un écran de télévision neigeux.
La nuit est fraîche à Haven Creek, et Suzy emmène toujours un pull épais au cas où le brouillard viendrait un peu plus rafraîchir l'air ambiant.

Hier soir, Suzy a failli mourir.

Alors qu'un clien faisait le plein peu après minuit, des hommes sont apparus entre les pins. Ils étaient une dizaine et tous vêtus de cagoule en toile de jute. Ils tenaient des armes blanches à la main et se sont précipités sur l'homme, qui était concentré sur la jauge de son réservoir. Suzy les a vu le massacrer, projetant des morceaux de chair et du sang sur son pare-brise et les phares allumés.

Puis ils se sont tournés vers elle et Suzy à dû sortir de la cabine, en plein froid, au milieu des ténèbres. Elle a couru comme une dératée jusqu'à sa voiture mais les pneus étaient déchirés. Se retournant, elle a aperçu la meute commencer à la poursuivre. Alors, n'écoutant que son instinct, elle s'est mise à courir sur la route... Espérant croiser un camion. Les pas de ses poursuivants résonnaient sur le bitume tandis qu'elle hurlait dans le vide.
Des phares. Une première voiture fit son apparition et faillit la percuter, sans s'arrêter. Derrière elle, les poursuivants avaient disparu. Puis elle entendit des pneus crisser.

Une autre voiture. Un pick-up, occupé par trois adolescents. Elle leur demanda de l'aide et ces derniers lui proposèrent de monter... Ils continuèrent ensemble leur route vers Haven Creek.

En repassant devant la station service, elle ne vit rien à travers la vitre du 4x4. Ni le cadavre, ni la voiture du malheureux client... Tout était éteint, calme. Les yeux noyés dans les larmes, elle se blottit dans le siège moelleux et attendit d'apercevoir la ville.
------------------------------------------------------------------------------------------------Mike, Steve et Stan

Mike, Steve et Stan ont échappé de justesse aux flics. Pourtant, après leur braquage, il s'en est fallu de peu qu'ils se fassent choper. Faut dire que Stan avait pris son virage un peu large dans Walnut Drive et ils avaient traversé la vitrine d'un épicier pakistanais.
Du coup, ils avaient dû s'extirper de la carcasse recouverte d'épices odorants pour se précipiter dans une ruelle. Là, alors que les sirènes de la police se rapprochaient, ils avaient pu tirer un vieux pick-up à la peinture défraîchie.

Puis après s'être planqués près d'un garage, ils avaient pu se casser peinards en direction d'Haven Creek.

"Haven Creek c'est mort, il pourra rien nous arriver"

Mais alors qu'ils roulaient comme des dératés sur une petite route entre les pins, la bagnole enfumée par le pétard de Mike, ils étaient tombés sur cette fille. Une petite blonde terrorisée qui marchait au milieu de la route.

Son discours était incompréhensible. Elle parlait de meurtre, de sang, d'hommes cagoulés avec des haches.

Et elle voulait aller chez le shérif...

"Putain, c'est bien notre veine"

------------------------------------------------------------------------------------------------

Textes de Dragon-Etoile, Helltonio et Brain.Salad